Une histoire du cyclisme colombien (part 1): de l’Alpe d’Huez à Fusagasugá

De l'Alpe d'Huez à Fusagasugá

Une histoire du cyclisme colombien (part 1): de l’Alpe d’Huez à Fusagasugá

Une histoire du cyclisme colombien (part 1): de l’Alpe d’Huez à Fusagasugá

Dans notre vie à chacun, il y a des éclairs annonciateurs d’aubes lumineuses et durables, de nouveaux mondes, de révolutions et changements profonds, d’épisodes poétiques et romanesques.

Dans ma vie de jeune adolescent épris de cyclisme, au cœur des années 80, une pièce du sombre château s’est subitement éclairée, la lumière est entrée par le biais d’un petit téléviseur noir et blanc, la bibliothèque s’enflamma, le monde s’illumina, la Bourse de Bogota se figea brusquement, et bien que si jeune, je compris l’importance de l’événement.

Nous étions le 16 juillet 1984, en France, à l’Alpe d’Huez, la chaleur s’abattait sur nos organismes usés et assoiffés, quand Lucho Herrera, à la silhouette si fragile, dévoila aux yeux du monde tout l’or du cyclisme colombien, la ferveur inouïe d’un peuple pour ses héros jusqu’alors méconnus des européens, ouvrit la porte du Graal aux aficionados et leur dévoila un bout de paradis.

A l’issue d’une étape de haute volée, Lucho Herrera, seulement 23 ans et encore amateur, s’imposait dans ce haut lieu du cyclisme historique devant Fignon et Arroyo, reléguant Hinault (7ème) à près de 4 minutes, et devenait ainsi le premier cycliste colombien à décrocher le gain d’une étape du Tour de France.

 

Alped'Huez1984_ClassementTV

 

D’un coup nous basculions de l’Alpe d’Huez et ses lacets mythiques, sur lesquels, 32 ans auparavant, Coppi commença à écrire l’histoire, à Fusagasugá, au Sud-Ouest de Bogota, au cœur d’une Colombie martyrisée par les conflits et cartels de la drogue. Que connaissais-je, que connaissions-nous de la Colombie de cette époque, si lointaine, si obscure, que connaissions-nous de Fusagasugá, ville agricole située sur un plateau bordé de rivières et collines, où naquit notre Lucho Herrera?

 

De l'Alpe d'Huez à Fusagasugá

 

En ce 16 juillet 1984, le cyclisme s’ouvrit symboliquement au monde, Lucho Herrera traçait dans l’histoire de son sport et du Tour de France un sillon éternel et fertile, socle fondateur des générations futures, et le jeune ado que j’étais fut pris de fascination pour ces athlètes venus d’autres contrées, paraissant si faibles, si peu armés, vêtus d’un maillot mal taillé aux couleurs de leur pays, sur lequel flottait le mot « Colombia » et capables des exploits les plus retentissants. Le cyclisme se nourrit de légendes, Lucho Herrera en est une.

 

Lucho Herrera - Alpe d'Huez 1984
Lucho Herrera – Alpe d’Huez 1984

 


A venir: “Une histoire du cyclisme colombien (part 2): Lucho Herrera, Fabio Parra, les premiers Escarabajos”.

« Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur est interdite »

Crédits photos: copies d’écran, nous contacter.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Yes No